Move It Kanal : un projet bilingue réunissant jeunesse et culture

Move It Kanal : un projet bilingue réunissant jeunesse et culture

par | Déc 9, 2018 | Arroser | 0 commentaires

Lasso, le réseau bruxellois pour la participation culturelle et l’éducation artistique, a mis en place depuis mi-2015 un projet urbain : « Move It Kanal ». Ce projet se concentre sur la participation culturelle des jeunes bruxellois âgés de 12 à 18 ans dans la zone du Canal. En passant par les réseautages, les enquêtes ainsi que les projets pilotes, Lasso a pour but de renforcer les liens entre les jeunes et la culture d’ici 2021.

« La culture est la possibilité même de créer, de renouveler et de partager des valeurs, le souffle qui accroît la vitalité de l’humanité ».  Proverbe africain

Lasso : une ASBL qui permet de participer à la culture

Lasso est le réseau bruxellois pour la participation culturelle et l’éducation artistique. Cette ASBL existe depuis plus de 10 ans et a vu le jour grâce à BKO : Brussels Kunstenoverleg, le réseau des arts à Bruxelles du côté néerlandophone. Cette ASBL rassemble de nombreux acteurs culturels et artistiques oeuvrant dans les domaines du théâtre, de la danse, de la musique et de la création d’évènements. Les questions de genre, d’ethnicité, les seuils géographiques et les seuils financiers sont les principaux obstacles à la participation culturelle des jeunes. BKO s’est donc dirigé vers différents secteurs tels que l’enseignement, la jeunesse ou encore le secteur social pour voir où se situent les faiblesses de l’accès à ces domaines. Lasso est née suite à la décision de BKO de faire une structure séparée pour stimuler et enrichir la participation culturelle à Bruxelles.

 

Move it Kanal : un projet urbain bilingue

Move It Kanal (MIK) est un projet urbain qui s’adresse aux jeunes bruxellois âgés de 12 à 18 ans résidant dans la zone du Canal. Ce projet a commencé en 2015 et prendra fin en 2021. Il a pour but de stimuler la participation culturelle des jeunes en renforçant la collaboration entre les organisations issues de différents secteurs d’activités et les communautés de la zone du Canal qui est une zone de renouvellement urbain. Lasso fonctionne avec des intermédiaires tels que des accompagnateurs de groupes, des gens issus des secteurs éducatifs, des musées, des théâtres, des professeurs ou encore des animateurs. L’objectif est de faciliter le travail et la mise en contact avec leur groupe cible.

Le projet bénéficie de subsides. Du côté néerlandophone, ils proviennent de la Vlaamse Gemeenschaapcommissie. La région Bruxelles-Capitale et l’Europe sont les autres pouvoirs subsidiants. Grâce à ces subsides, Lasso peut étendre son action aux 2 communautés : francophone et néerlandophone. L’ASBL peut aussi plus facilement entrer en relation avec les professeurs du secondaire, les animateurs pour les jeunes ou encore les médiateurs culturels. Cette aide financière permet à Lasso d’envisager son action sur le long terme« On envisage quelque chose de durable et d’éviter de faire des projets culturels juste pour en faire. On veut avoir une chouette expérience mais pas seulement. C’est pour cela que l’on veut vraiment collaborer avec des travailleurs mais en même temps, on veut partir des intérêts des jeunes. Ce n’est pas à nous de rechercher leurs intérêts car nous ne sommes pas experts. Alors, nous cherchons l’expertise sur le terrain chez les professeurs, chez les animateurs. On utilise leurs compétences, leurs forces, leurs expériences car nous avons vu que c’est toujours mieux de travailler avec les gens que d’essayer de découvrir ça nous-même car cela prend trop de temps », explique Ine Vos, la coordinatrice du projet.

MIK : Un projet en 3 phases

Le projet MIK évolue au fur à mesure du temps. En 2015, le projet a commencé par des entretiens avec des professionnels des secteurs de la culture, de la jeunesse et de l’enseignement. Lasso appelle cette phase de mise en relation les « réseautages ». S’en sont suivies des enquêtes sur la participation culturelle des jeunes de 12 à 18 ans habitant la zone du Canal.
Cette première phase a pour objectifs d’identifier les thèmes sur lesquels se concentrer et les besoins à combler ainsi que de comprendre et de rectifier ce qui fonctionne ou pas. Le but est de faire des liens entre les différents secteurs. Il y a beaucoup d’activités qui s’y passent mais elles ne sont pas toujours visibles par d’autres secteurs ou des communautés car les jeunes n’ont pas le temps ou pas l’habitude de se renseigner.

Le réseautage et les enquêtes ont été menés par la Erasmushogeschool Brussel, premier partenaire de Lasso. Ce travail s’est clôturé fin 2017. Il a laissé la place aux projets pilotes conduits pour et par les jeunes, comme : Les experts du Petit Manchester 2.0, les Think & Act ou encore les Meet & Greet.

 

 

Participer à la culture ? Pourquoi et comment ?

La participation des jeunes à la culture émane de diverses motivations. Le rapport de recherche mené par Lasso en 2017, montre que la culture peut être un moyen pour faire passer le temps et ainsi de se défouler de manière positive. Elle sert également à s’exprimer, à apprendre, à s’enrichir ou encore à se forger une identité. Son aspect social est également une chose qui parle aux jeunes. Les activités culturelles leur permettent de faire de nouvelles rencontres et vivre de nouvelles expériences. Participer à la culture procure aux jeunes un sentiment de bien-être et de liberté. Cette conjoncture leur permet d’accéder à leur propre développement créatif et de se défouler en étant eux-mêmes. 

La participation active à la culture rencontre cependant quelques obstacles. Le manque de temps, de motivation ou simplement d’intérêt y est pour quelque chose. Les jeunes n’ont pas forcément le reflex de s’informer sur les différentes possibilités de participer aux activités culturelles. De leur côté, les organisations ne partagent pas toujours assez clairement leurs informations. Elles peuvent mettent en péril la communication directe avec les jeunes. Lasso devient donc le médiateur culturel entre les jeunes et les organisations.

Toujours selon le rapport de 2017 de Lasso, il est préférable pour les jeunes de « produire » eux-mêmes de la « culture » et d’en être acteur afin qu’ils s’y intéressent davantage. Les spectacles de théâtre, les concerts ou les bibliothèques ne sont pas les passe-temps favoris des jeunes. On les retrouve plutôt au cinéma, à des évènements locaux ou à des fêtes de quartier avec leurs amis. L’école a évidemment un impact sur la participation culturelle. Encore élèves, ils sont obligés d’assister à des pièces de théâtre ou de se rendre au musée.

Le meilleur moyen de sensibiliser les jeunes à la culture est, selon Ine Vos, de partir de leurs intérêts et de les écouter. « Il ne faut pas leur imposer un projet, un spectacle ou une visite de musée dont ils n’en voient pas l’intérêt. Le point de départ, c’est leur vie, leur identité culturelle », précise-t-elle.

MIK : Un projet plein d’avenir

En tant que jeunes, il n’est pas toujours évident de se retrouver dans la société actuelle. C’est pourquoi Lasso ne veut pas en rester là après la fin de Move It Kanal. Le plus important est que les jeunes trouvent leur place dans l’offre actuelle du secteur culturel bruxellois ou qu’ils créent eux-mêmes cette offre.

Au stade actuel, Lasso échange et diffuse les matériaux récoltés pendant la phase de recherche et de réseautage. Avec Move It Kanal, l’association confirme sa volonté de renforcer le lien entre les jeunes et la culture grâce à des projets culturels faits pour et par les jeunes.

fin du projet Move It Kanal

jeunes sondés lors de la phase de recherche

personnes responsables du projet Move It Kanal

j

Manon Vandevelde

J’ai 20 ans et j’étudie la communication à l’ISFSC. Je suis passionnée de photographie. J’aimerais me spécialiser dans le secteur de l’évènementiel. Motivée, souriante et pleine d’idées, j’aime me donner à fond dans mes projets même si ceux-ci peuvent souffrir de ma tendance à la procrastination.
Ma devise ? No one is you and that is your super power !

u

Le saviez vous ?

Pour la réalisation du projet Move It Kanal, Lasso travaille en collaboration avec :

Le projet est également soutenu par la Région de Bruxelles-Capitale et l’UE dans le cadre de FEDER Bruxelles.

L

Pour en savoir +

Retrouvez l’asbl Lasso sur :

o

Nos sources non exhaustives